dimanche 30 novembre 2008

Un ptit chocolat ?

Je ne suis pas forcément fan d'envoyé spécial mais parfois ils font mouche... On ne regardera plus les chocolats comme avant...

jeudi 20 novembre 2008

Sauvons le Rizzanese !

Deux cents millions d'euros pour détruire un chef-d'oeuvre de la nature que tout l'or du monde ne pourrait reconstruire. On connaît le coût des choses, mais on en ignore leur valeur ! » C'est sur ces mots que s'achève la préface signée par Nicolas Hulot dans l'ouvrage de Georges Mattei qui vient de paraître Le barrage de la honte . Une publication qui relance le débat autour du barrage du Rizzanese, dont le chantier a désormais bel et bien commencé. L'ouvrage d'EDF est ainsi, une fois de plus, au coeur des inquiétudes. Pour preuve, la nouvelle mobilisation qui s'organise depuis quelques semaines, parallèlement à la sortie de ce livre accusateur.

Source : Corse-matin

Signez la pétition !

Grosses patates !

C’est une aberration de la loi qui va disparaître à partir de juillet prochain : toute une série de fruits et légumes était concernée par cette législation absurde qui vise à faire disparaître les fruits et légumes non conformes visuellement !

Depuis une vingtaine d’années, ce sont donc des milliers de carottes tordues, concombres géants, tomates triples, qui passent soient à la poubelle soit dans les chaînes des usines agroalimentaires. Et la Commission Européenne, s’émouvant du prix des légumes, a décidé de mettre fin à ce statu quo . Elle a obtenu hier le feu vert des « Vingt-sept » pour abroger, comme elle le proposait, les normes de commercialisation applicables à 26 fruits et légumes : abricots, artichauts, asperges, aubergines, avocats, haricots, choux de Bruxelles, etc.

Ces normes, instaurées il y a une vingtaine d’années à la demande de la profession, fixent une série de critères de taille, de poids, de couleur, de forme, de texture, etc., pour que les produits concernés puissent être classés dans une des trois catégories (Extra, I et II ) de qualité et proposés à la vente.

A noter : Quinze pays sur vingt-sept, dont la France (!!!), ne souhaitaient pas renoncer à ces normes, mais ils n’ont pas pu, heureusement, constituer une majorité de blocage. Les petits producteurs et agriculteurs biologiques vont peut être pouvoir ainsi mieux tirer leur épingle du jeu.

Source : ecolopop.info

Eolienne

vendredi 7 novembre 2008