dimanche 27 décembre 2009

Santé, bonheur et prospérité pour 2010 !

Tâchons de nous souvenir des bons moments de 2009 et d'oublier les pires...


Pour nous, l'année commencera là... Mais j'aurai quand même une pensée pour vous...

jeudi 17 décembre 2009

Chaud/froid

Histoire de Toto

Il y a Toto dirlo, et puis il y a aussi Toto minot...
Le Toto minot du jour, c'est une boule souriante, en CP, qui marmonne trois mots indistincts, qui n'a jamais été scolarisé en maternelle. Le beau cas, dans toute sa splendeur, m'enfin, il est gentil…
Lorsque sa maîtresse apprend que le grand frère du Toto en question, redoutable écumeur du quartier à 13 ans, a eu un accident de moto, elle s'enquiert :
- C'était grave l'accident de ton frère ?
- Le pied, un peu cassé… La moto toute cassée… Pas grave…
- Pas grave ???
- La moto, pas ta lui. C'est moto à Chourave. Chourave, c'est un méchant meussieu…
Pendant ce temps-là, Toto dirlo rigole, en lisant la note du Recteur qui ordonne que 100 % des élèves soient lecteurs confirmés en fin de cycle 2
C'est sur, les recteurs, ça n'a jamais été des Totos…

Source : dirlo

jeudi 10 décembre 2009

Verlaine au vent mauvais...


Un de mes poèmes favoris...

Mon Rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? --Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

Paul VERLAINE, Poèmes saturniens (1866)


dimanche 6 décembre 2009

Coup de gueule de Cavanna


"On croyait avoir gagné la bataille. Plus modestement, une bataille. Cette bataille-là. Celle de la fourrure. Ça remonte à loin. Des années. Personne n’osait plus en porter. Oh, pas par amour des bêtes au poil somptueux, même pas par pitié. Par trouille.

Il y avait eu l’époque des commandos. Qui traquaient la ******* en renard ou en vison. Les filles qui s’enfermaient dans l’ascenseur avec la poufiasse fière de son chinchilla (j’écris « chinchilla », je ne sais même pas si c’est une fourrure chère, enfin, mettons) et lui déversaient un demi-litre d’encre de Chine, ou de Javel, ou carrément d’acide sur l’ondulante toison, et puis s’esbignaient à l’étage, laissant hurler la rombière. Il y avait eu les manifs, les boutiques de fourreurs saccagées. Il y avait eu nous, Charlie Hebdo, Paule l’enragée en tête… Bref, la fourrure avait reculé. Disparu, pour ainsi dire. On était bien contents.

Ça ne pouvait pas durer. Les générations de connes succèdent aux générations de connes. Et tout est à recommencer. Les couturiers et tous ceux qui peuvent se faire du fric autour du martyre des bêtes ont fait ce qu’il fallait. La fourrure est tendance, la fourrure revient en force, c’est l’invasion massive, irrésistible.

Ce ne sont plus seulement les toisons prestigieuses, les traditionnels visons, les zibelines rarissimes, cadeaux de gros cons friqués à petites connes ambitieuses, qui font le gros du trafic, mais, figurez-vous, les peaux des chats et des chiens. Très mode, très très.

En zappant comme je zappe, je tombe l’autre jour –ne me demandez pas quelle chaîne, j’ai coupé le jus avant la fin et je me suis sauvé- sur l’horreur des horreurs. Un film pris en douce par un amateur, je suppose. Un élevage de chats. Plutôt, un endroit où l’on entreposait des chats volés. Des centaines. Ah, oui : en Chine.
Des ouvriers chinois massacraient les chats. Rationnellement. Les attrapaient par les pattes de derrière, les élevaient haut en l’air et puis les abattaient, hargne donc, de toutes leurs forces sur une espèce de billot. De vrais pros. Le chat hurlait, se débattait, la sale bête, il fallait cogner encore, et encore, il n’en finissait pas de crever. D’ailleurs, on ne le contrariait pas. Tu ne veux pas clamser ? M’en fous, pourvu que tu te tiennes peinard. Et en effet, le chat, assommé mais vivant, gigotant vaguement, était sur-le-champ ouvert du haut en bas par le spécialiste, un autre, pas le même, débarrassé de sa peau en trois coups de couteau, la peau mise à sécher et le chat jeté tout palpitant dans une espèce de poubelle à roulettes où miaulait une masse sanguinolente et bien tassée de chats sans peau.

Finalement, ce n’était peut-être pas une prise de vues clandestines. Car on nous montrait complaisamment toutes les étapes du traitement des peaux jusqu’à leur finale expédition pour l’Europe. Le massacre n’était qu’une des étapes de l’opération, présentée avec la même indifférence, le même intérêt technique que les autres. Les Chinois ont beaucoup à apprendre quant à la sensiblerie occidentale. Ce film, qui se veut peut-être de propagande, leur fait du tort.
Tant pis pour leurs gueules.

Je voudrais qu’il soit projeté dans tous les coins pourris où des bonnes femmes s’affublent de ces peaux volées. Qu’elles touchent du doigt ce que c’est que la prestigieuse industrie de la fourrure, ce qui se passe avant que le grand couturier la drape sur les corps de ses déesses.

Oui, je me bourre le mou. Elles le savent, tout ça, ou s’en doutent. Elles ne veulent pas le savoir. On leur racontera que ce que j’ai vu là est exceptionnel, des bandits, des clandestins, qu’en vrai tout se passe en douceur, le chat s’endort tranquille, on a fait ce qu’il faut, il est heureux de donner sa peau pour que Paris soit toujours Paris… Et elles marcheront, elles ont tellement envie… Toutes le copines ont de la fourrure de chat –on ne dira pas ça comme ça, les gars du marketing auront trouvé un mot chic, un mot mode- je ne vais pas être la seule à m’en passer ! J’aurais bonne mine tiens !
Ah, oui : les chiens. Pareil.
En Chine, toujours. Cinq ou six gros lascars en train d’éclater les crânes sur des billots, sur le pavé, à tour de bras, cadences infernales, doivent pas être payés gras. Qu’ils crèvent !

Attendez-vous donc à voir rappliquer, je ne sais trop sous quelle forme, une marée d’accessoires vestimentaires à base de fourrure de chats et de chiens dans l’hiver qui vient. Savez-vous quoi ? Ils les font passer pour du synthétique i Ce qui tendrait à suggérer qu’en Chine la peau des chiens et des chats, malgré les manipulations, revient beaucoup moins cher que le Nylon ou les acryliques !

Jusqu’ici, les massacreurs de chats, chez nous, étaient des voyous ruraux qui fournissaient certaines officines fabriquant des sous-vêtements en peau de matou pour tenir au chaud les rhumatismes des vieux cons à rhumatismes. Activité d’ailleurs réprimée par la loi.
Les Chinois, qui sont un grand peuple travailleur et industrieux, ont élevé la chose aux dimensions d’une entreprise nationale.

Je retire de tout ça l’impression débilitante que cet incessant combat contre la souffrance animale, que ces efforts sans cesse et sans cesse recommencés en faveur du respect de la vie, de toute vie, qui sont déjà si décevants quand on s’adresse à des peuples dits « évolués », se heurtent, hors de ce cercle restreint, à un formidable mur d’indifférence, pour ne pas dire de sadisme. L’Asie est terrifiante. Ne parlons pas de l’Afrique…

Oui, bon. Il y a du boulot. Les filles, à vos bouteilles d’encre ! Les gars, refusez votre coït à toute merdeuse portant fourrure !"

François Cavanna

Saint Nicolas


samedi 28 novembre 2009

Matisse & la Corse...

Comme je l'ai déjà dit plus haut, il était impossible de prendre des photos dans l'expo Matisse-Rodin. Donc quitte à poster un dessin de lui, autant qu'il évoque aussi un autre lieu proche de mon coeur : la Corse...
Jeune Corse

Le deuxième dessin s'intitule "Amours de Ronsard et Esperluette". L'esperluette est ce symbole typographique signifiant "et". Mais il est bien plus que cela ! Personnellement je l'aime bien...

"Il est la clef de sol de notre écriture" selon Gérard Blanchard (Non ! Pas le chanteur !! sic).

Voici aussi ce qu'il en dit : C'est l' "Union symbole au énième degré de l’union mystique après l’avoir été de l’union physique." Ouch ! Splendide !

Pour plus de renseignements sur l'esperluette, cliquez ici !
Le Cahier Gutenberg n°22 de G. BLANCHARD est aussi téléchargeable.

jeudi 26 novembre 2009

Musée Rodin

Inutile d'aller visiter les jardins...

L'Implorante de Camille Claudel

Le Sommeil (elle peut se réveiller à tout moment...)

Dernière vision


Je suis belle (très émouvant)

Le Baiser

Le Penseur (arrosé de gouttelettes...)

La Danaïde

Les Invalides by night

C'est la deuxième fois que j'explore ce musée et je suis encore sous le choc. Que d'émotions sur les visages, que de sensualité sur les corps des amants, que de finesse sur les mains, les muscles..
Impossible de vraiment partager cela sur photos (flash interdit, peu de lumière, des glaces autour des œuvres, des murs fatigués...)

C'est l'expo Matisse/Rodin qui m'a incitée à y retourner. Cependant, les photos y étaient interdites. Alors rendez-vous sur le site du musée ou directement là bas ! ;-) Les dessins des deux artistes sont juste magnifiques...

expo Matisse/Rodin
Insecula.com
Bientôt !

vendredi 20 novembre 2009

Versailles, après l'expo Louis XIV

On prend les mêmes et on recommence ! ;-)


Photo volée des bosquets

Qui est-ce ? :-)



Miroir, mon beau miroir...


On fait avec ce qu'on a ! :-D






Une pensée pour la Grande...

jeudi 22 octobre 2009

Au bord de l'eau...


Il y a pire comme endroit pour travailler ! Non ? Enfin, moi du moment qu'il y a de l'eau pas loin je suis heureuse...

mardi 20 octobre 2009

Quelle crise ?


"Le budget devrait être équilibré, les finances publiques devraient être comblées, la dette publique devrait être réduite, l'arrogance de l'administration devrait être abolie et contrôlée, et l'aide aux pays étrangers devrait être diminuée de peur que Rome ne tombe en faillite. Les gens doivent encore apprendre à travailler, au lieu de vivre sur l'aide publique."

Cicéron, 55 AVANT J. C.


MORALITÉ : la crise dure depuis 2064 ANS

Merci Laure ! ;-)


______________________________________________

mercredi 30 septembre 2009

dimanche 27 septembre 2009

Charles DICKENS


Auteur du XIXème siècle, connu pour "David Copperfield" ( pas le magicien, l'autre !!) ou "Oliver Twist", Charles DICKENS aura eu une vie aussi passionnante que ses héros.

Marie-Aude MURAIL nous en fait un récit vivant ponctué d'anecdotes où les expressions de DICKENS côtoient quelques extraits de ses écrits.

J'ai maintenant encore plus envie de le lire...

En voici quelques extraits choisis donc complètement partiaux...

"- Le matin où je dois faire un discours, vous explique-t-il, je pars me promener et je décide des thèmes que je vais aborder. Puis je les mets en ordre et je construis en imagination une roue de charrette dont je suis le moyeu et les sujets à traiter les rayons qui partent de moi. Pendant mon discours, je m'occupe de chaque rayon séparément et je fais tourner la roue. Quand tous les rayons sont tombés, il ne reste plus que le cercle de la roue et le vide intérieur. Je sais lors que j'ai terminé.
Essayer de l'imiter serait peine perdue, car Charles se fait appeler "l'Inimitable", quand il ne se désigne pas lui-même comme un "homme stupéfiant". "

"- Vous savez ce que je vais vous dire. Je vous aime. Ce que les autres hommes veulent dire quand ils se servent de ces mots, je n'en sais rien. Ce que je veux dire, moi, c'est que je suis sous l'influence de quelque terrible force d'attraction, à laquelle j'ai résisté en vain. Vous pourriez m'attirer dans le feu, vous pourriez m'attirer dans l'eau, vous pourriez m'attirer à l'échafaud. Nul ne sait avant le temps venu quels abîmes sont en lui."

"Puis il écrit une des plus belles phrases de sa vie : Les jeux d'une lumière radieuse, les chants des oiseaux, les parfums qui s'exhalent des jardins, tout cela pénètre dans la cathédrale, triomphant de son odeur terreuse et prêchant la résurrection..."

mercredi 23 septembre 2009

Journées du Patrimoine : La Chapelle Royale à Dreux

Ce n'est pas ma première visite mais c'est toujours aussi touchant de voir les gisants. Cette fois, on a eu accès au caveau des Penthièvre.

Amusez-vous à décrypter...(sans jeu de mots !)

"L'enfant voilé" d'Aimé MILLET : Saisissant !

Ferdinand-Philippe d'Orléans et son épouse

L'ange de la résignation

Un rayon de soleil tardif nous a permis d'admirer la fin de journée dans les jardins...

Liens utiles : site de la Chapelle royale
Wikipedia
Amis et passionnés du Père-Lachaise
Durocassium