jeudi 16 août 2018

"Chanson douce" de Leïla SLIMANI


Un livre passionnant et troublant à la fois. 

Pour ceux qui ne connaissent pas ce livre, je ne vais pas dire grand chose car l'histoire commence par la fin et Leïla SLIMANI détricote l'intrigue et nous transporte du quotidien vers l'horreur. Absolument tout le contraire de ce que peut nous laisser présager la couverture et le titre. 

Quelques phrases intrigantes : 

"Elle était jalouse de son mari. Le soir, elle l'attendait fébrilement derrière la porte. Elle passait une heure à se plaindre des cris des enfants, de la taille de l'appartement, de son absence de loisirs. Quand elle le laissait parler et qu'il racontait les séances d'enregistrement épiques d'un groupe de hip-hop, elle lui crachait: "Tu as de la chance".
Il répliquait:"Non, c'est toi qui a de la chance, je voudrais tellement les voir grandir."
À ce jeu-là, il n'y avait jamais de gagnant. "

"En comptant les heures supplémentaires, la nounou et toi vous gagnerez à peu près la même choses. Mais enfin, si tu penses que ça peut t'épanouir..."
Elle a gardé de cet échange un goût amer."

"On lui a toujours dit que les enfants n'étaient qu'un bonheur éphémère, une vision furtive, une impatience. Une éternelle métamorphose. "

  "Tu vois, tout se retourne et tout s’inverse. Son enfance et ma vieillesse. Ma jeunesse et sa vie d’homme. Le destin est vicieux comme un reptile, il s’arrange toujours pour nous pousser du mauvais côté de la rampe."

"On se sent seul auprès des enfants. Ils se fichent des contours de notre monde. Ils en devinent la dureté, la noirceur mais ne veulent rien savoir. "

"La vie est devenue une succession de tâches, d'engagements à remplir, de rendez-vous à ne pas manquer. Myriam et Paul sont débordés. Ils aiment à le répéter comme si cet épuisement était le signe avant-coureur de la réussite. "

"Nous ne serons heureux, se dit-elle alors, que lorsque nous n’aurons plus besoin les uns des autres. Quand nous pourrons vivre une vie à nous, une vie qui nous appartienne, qui ne regarde pas les autres. Quand nous serons libres. "

"Elle marchait dans la rue comme dans un décor de cinéma dont elle aurait été absente, spectatrice invisible du mouvement des hommes. Tout le monde semblait avoir quelque part où aller."

"Elle voudrait élargir l'horizon de ces enfants voués à devenir des gens corrects, à la fois serviles et autoritaires. Des froussards. "

"On la regarde et on ne la voit pas. Elle est une présence intime mais jamais familière. "

"Elle doit admettre qu’elle ne sait plus aimer. Elle a épuisé tout ce que son cœur contenait de tendresse, ses mains n’ont plus rien à frôler."

"Son visage est comme une mer paisible, dont personne ne pourrait soupçonner les abysses. "

dimanche 12 août 2018

Balade entre les tombes

Et là, ce n'est pas du cinéma... 
Quelques tombes remarquables (jugement totalement partial et exhaustif ! ) au Cimetière du Montparnasse en cherchant celle de Maupassant, section 26.

Tombe de Guy de Maupassant, très fleurie et très visitée.

L'Oiseau pour Jean-Jacques de Niki de SAINT PHALLE


Le Chat de Ricardo (MENON) de Niki de SAINT PHALLE





Cénotaphe de Charles Baudelaire sculpté par José de CHARMOY. Ce devait être Rodin puis, à la suite de querelle, il y a renoncé.

Lumières de Charentes

Un peu de fraîcheur, de couleurs, beaucoup d'amitié...

Cloître du couvent des Carmes à La Rochefoucauld










vendredi 27 juillet 2018

"Au petit bonheur la chance" d'Aurélie VALOGNES


Une très jolie histoire de famille qui se passe à Granville, pleine de douceur et de bonheurs simples. J'ai beaucoup aimé !

"Parce que derrière chaque imprévu de la vie se cache une chance d'être heureux!" C'est ce que nous dévoile une partie de la 4è de couverture.
En 1968, Jean est confié vite fait par sa mère à sa grand-mère. Ce devait être pour l'été le temps qu'elle leur trouve un "chez eux" et un travail...

Quelques moments choisis :

"Entre eux, de toute façon, c'est plus fort qu'une histoire d'amour. C'est une histoire de vie, une tranche épaisse et généreuse d'amitié, débordante de crème et de beurre, où l'amour, celui qui finit mal en général, n'a pas sa place. Entre eux, rien ne finira jamais. "

"Ceux que tu aimes le plus vont et viennent, repartent et reviennent. En prenant un bout de ton cœur à chaque fois. Mais tu ne vas pas te priver d'aimer de peur de devoir souffrir un peu? Tout ce bonheur ne vaut-il pas un petit pincement au cœur? "

"Une vraie famille, c'est aussi quand on se sent à l'aise même sans rien se dire, sans rien faire de particulier. Ensemble, tout simplement. "

"Il est de retour chez lui, il a grandi, et il peut encaisser, toujours plus. Il n’a plus peur. Les chances d’être heureux sont là, partout, il suffit de les respirer, comme l’air frais marin, et d’en embellir leurs vies. "

"Jean la serre dans ses bras : son odeur de savon à la lavande mêlée au pain perdu beurré l'entête. Ce parfum-là restera comme celui de son bonheur avorté. Celui de l'enfance qui s'achève, avec ses illusions. "

"Lucette n'a pas beaucoup de sous, les repas sont simples, mais riches d'amour. Cela doit être ça, "le secret" des recettes de grand-mères."

"Jean a toujours préféré les crayons à papier. Il passe son temps à les tailler et à sniffer les copeaux dans le réservoir du taille-crayon. Rien de mieux pour le jeune rêveur que l'odeur du bois fraîchement coupé : il n'a qu'à affûter la mine pour se retrouver en pleine forêt de cèdres. Le mieux, c'est encore qu'on a le droit de gommer. Là encore, la gomme a un parfum magique. Surtout les bicolores, avec leur côté bleu qui fait des trous dans les feuilles : au moins, la faute, on ne la voit plus ! Mais le top du top olfactif, c'est le petit pot de colle blanche avec sa pelle miniature glissée au centre. La reine des colles : Cléopâtre. "

"- On ne choisit pas les surprises de la vie, mon petit. On fait avec, et souvent, c'est pour le meilleur.
- C'est ça la foi, Mémé ?
- Non, ça, c'est la vie. "

mardi 5 juin 2018

"Juste après la vague" de Sandrine COLLETTE


Un roman approprié en ce moment !

Le monde a été englouti suite à une vague géante causé par un volcan. Neuf enfants et leurs parents sont juchés en haut de la colline où se situe leur maison. Autour d'eux : rien que de l'eau... Ils sont seuls, depuis 6 jours, personne n'est venu. Les denrées se font rares : il va falloir prendre une terrible décision...

Un roman qui met mal à l'aise, l'horrible succède à inattendu, à l'insupportable. On ne peut pas rester insensible.

Quand même de jolies phrases :

"La mort qui approche en tenant les regrets par le bras..."

"Est-ce donc lui qui la rend si transparente ? Si c'était son regard à lui qui ne savait plus la voir."

"Elle a juste perçu le très léger déchirement à l'intérieur, jusque dans les vibrations de son corps, une partie sur le bateau avec six enfants, une partie qui reste sur l'île avec les trois autres."

"Trois petites erreurs. Et puis s’en vont."

"Pas besoin de mots pour entailler l'âme et la chair n'est-ce pas, le silence suffit, quand il se charge de tant de choses."